Histoire de Villeneuve la Dondagre

Histoire de Villeneuve la Dondagre2018-05-15T17:19:23+00:00

Histoire de Villeneuve la Dondagre

Faits et légendes du début de notre ère à la révolution

Plan de restauration de l’église de 1751

Réf : ADY C.217

L’histoire de Villeneuve la Dondagre , Drodigum Villa ou Drodigum Villam, d’après le Chronique de Clarius de Sens, moine du couvent de Saint Pierre Le Vif (1184), ou Villanova d’après le Liber Sacremantarum du IXème Siècle, était une cure du Grand Archidiaconé de Sens, doyenné de Marolles, Collation de Château Landon, titulaires Saint Loup et Saint Antoine.

(Source Xavier Jeanniot)

Siège d’une prévôté

Villeneuve la Dondagre était le siège d’une prévôté, ressort du Bailliage de Sens, c’est à dire que les seigneurs avaient droit de haute, moyenne et basse justice sur toute l’étendue de la seigneurie

Villeneuve la Dondagre, faisait partie de l’élection de Nemours, du grenier à sel de Sens, et elle était régie par la coutume de Lorris Montrais. Elle relevait en plein fief des Seigneurs, comtes de Courtenay, à qui on rendait « foi » et « hommage » par la présentation de « l’homme vivant et mourant »qui présentait l’aveu et le dénombrement.

(Source Xavier Jeanniot)

Les moines fondateurs

En ce qui concerne l’origine et la fondation de ce lieu, et si l’on en croit Mr Bardot, sur la notice qu’il a consacrée à ce sujet dans le Bulletin de la Société des Sciences de l’Yonne de 1847, il existait un monastère qui se trouvait dans les bois de Hongrie, occupé par des moines qui seraient à l’origine les fondateurs de Villeneuve la Dondagre.

Au 13ème Siècle, la Villeneuve était une communauté d’habitants créée par un prince, un seigneur ou un établissement ecclésiastique sur un domaine pour favoriser le peuplement et l’exploitation.

La « Villeneuve » restera le plus souvent village, jouissant de franchises collectives (liberté) et de redevances allégées.

histoire

Réf :ADY G.1290 (plan parchemin en couleur de 1618)

histoire
histoire
histoire
histoire de villeneuve la dondagre
histoire de villeneuve la dondagre
histoire de villeneuve la dondagre

L’ancienne gare Egriselles-Villeneuve
(Ligne Sens-Montargis)

histoire de villeneuve la dondagre
histoire de villeneuve la dondagre
histoire de villeneuve la dondagre

Histoire de la ligne

La ligne, partie d’un itinéraire « d’Orléans à Châlons-sur-Marne » est concédée par une convention signée le 14 juin 1864 entre le ministre des Travaux Publics et Messieurs James Nugent Daniel, James Legeyt Daniell fils, Louis-Théodore de Boudard, Charles-Édouard Mangles, Philippe Shore Fletcher et William Truck. Cette convention est approuvée par un décret impérial à la même date2. Toutefois, ces concessionnaires sont déchus par un arrêté du ministre des travaux publics le 18 avril 18683. La ligne « d’Orléans à Châlons-sur-Marne » est déclarée d’utilité publique par décret impérial le 19 juin 18684.
Par décret impérial du 29 mai 1869, la concession de ligne « d’Orléans à Châlons-sur-Marne » est mise en adjudication5. L’adjudication au profit de Messieurs de Buissierre, Donon et Tenré est prononcée le 10 août 1869. Elle est approuvée par décret impérial le 16 février 18706.
La ligne, d’abord à voie unique, est inaugurée le 6 octobre 1874.
La ligne est rachetée par l’État selon les termes d’une convention signée le 26 avril 1877 entre le ministre des Travaux publics et la Compagnie du chemin de fer d’Orléans à Châlons. Cette convention est approuvée par une loi le 18 mai 18787.
Par décret du 25 mai 1878, l’Administration des chemins de fer de l’État est créée et reprend l’exploitation de la ligne à la défaillante Compagnie du chemin de fer d’Orléans à Chalons.
En 1880, le Réseau de l’État fait poser une deuxième voie. La ligne est cédée à la Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée par une convention signée entre le ministre des Travaux publics et la compagnie le 26 mai 1883. Cette convention est approuvée par une loi le 20 novembre suivant8.
En 1929, cinq omnibus journaliers Montargis-Sens et retour desservent la ligne 156 du PLM. Il faut 1h39 pour effectuer le parcours de 62 km soit une moyenne de près de 38 km/h.
Le 2 octobre 1939 la ligne est fermée aux voyageurs.
Le déclassement de la portion de voie de Triguères à Courtenay a eu lieu le 9 octobre 1998.
La ligne a été utilisée entre Sens et Subligny pour acheminer les matières premières durant la phase initiale de construction de l’A19.

quis, tempus id libero elementum at nunc sit ante.